Voyage à MadagascarVilles & ÎlesMantasoa

Mantasoa, visiter la ville agréable même crue

Mantasoa, qui signifie en malgache « qui est agréable même crue » se localise à 70 kilomètres au nord-est de la capitale malgache, Tananarive. Elle est facilement accessible par la route nationale n°2, celle qui mène vers l’est de Madagascar .

Comme la plupart des ensembles géographiques qui compose la Grande île, les hautes terres centrales affichent aussi bien des exemples de lieu de rêve qui mérite une petite visite. Parmi les endroits enchanteurs de cette partie de Madagascar, on doit absolument compter le Mantasoa à la limite orientale de hautes terres. Il est la porte d'entrée de la région orientale avec le grand escarpement d'Angavo localisé non loin de cette destination pleine de charme.

A la découverte de Mantasoa

Ceux qui sont à la recherche des paysages authentiques du XIXe dans un coin reculé très serein seront servis en prenant la destination de Mantasoa. Celle-ci présente des vestiges de l'installation industrielle de cette époque. Il est difficile de résister aux charmes de paysage monté de toute pièce par Jean Laborde.

L'ombre de Jean Laborde plane sur Mantasoa

Les trois principales attractions de cet endroit sont le lac artificiel de Mantasoa, la cité industrielle bâtie par Jean Laborde lui-même et son tombeau : Soamandrakizay. Pour mieux connaître Mantasoa, il est indispensable d'abord de connaitre le père de toutes ces merveilles. D'abord, Jean Laborde est un aventurier, négociant et industriel français. Il a été le premier consul de France placé par Napoléon III dans la Grande île afin de contrer l'ambition anglaise pour Madagascar ; autrement dit il a pour mission d'installer l'influence française dans la Grande île. Il eut une influence non négligeable sur la société de Hautes terres centrales et la vie politique du royaume Merina du XIXe siècle. Appréciée par la Reine Ranavalona Ière, il devint son architecte et son constructeur d' armes. Il a vécu à la même période que les trois Ranavalona (I, II, III) et l'illustre premier ministre Rainilaiarivony.

Le lac de Mantasoa

Le lac de Mantasoa : Comme il a été dit, le lac de Mantasoa est un lac artificiel. Comme l'ensemble de Mantasoa, il est côtoyé des immenses pinèdes. Ce lac a vu le jour à la suite de la construction d'un barrage qui sert à régulariser le cours de la rivière Ikopa. Il a été construit en 1937. Le maximum d'eau que peut contenir ce plan d'eau est de 110 millions de mètre cube. C'est ce lac qui fait tout le charme de Mantasoa. C'est à partir de sa construction que le lieu a acquis sa réputation car il lui a donné un nouveau visage. Ce plan d'eau a pu subsister dans cette zone en raison de la présence de petite vallée. L'aspect plus naturel et la trace de la touche artificielle confèrent à ce lac un enchantement unique ; il leur doit aussi la présence de nombreux méandres.

Ce grand lac peut faire l'objet d'une agréable ballade en bateau rapide et d' autres activités nautiques telles que le pédalo et le ski nautique…. De décembre à Avril, le crépuscule dans cet endroit est adouci par les chants mélodieux de cigales qui sont très nombreux dans la forêt de pins, qui émettent à leur tour des odeurs enivrantes.

La cité industrielle de Jean Laborde

Ce complexe industriel est érigé à proximité du lac selon le souhait de la reine malgache Ranavalona Ière. En effet, Mantasoa est un endroit favorable en raison de son abondance d' eau, de bois et de fer. En XIXe siècle, cette cité industrielle était une merveille unique en son genre dans les pays comme Madagascar.

Historiquement, ce joyau de Jean Laborde fût alloué aux Jésuites au début de la colonisation en 1895 en récompense de leur soutien sans faille à la conquête et à l'administration de Madagascar. Cette cité comportant un complexe industriel est tout aussi fascinant que le lac. En observant la complexité de cette structure monumentale, il va tout de suite venir à l'esprit l'importance de l'effort déployé et l'œuvre entrepris pour le fonder. Le complexe est composé de nombreuses usines à savoir l'usine de porcelaine, l'usine de fabrication de canons et le haut fourneau de la fonderie. L'auteur de cet œuvre créa également un certain nombre de divers ateliers. Ces derniers étaient destinés à la fabrication de multiples produits, en particulier les armes telles que les canons, fusils, sabres et même des munitions. Les autres productions de ces ateliers sont les briques, de tuiles, de savons, d'acides, de peintures etc.

Cette cité circulaire de Jean Laborde était dominée à son milieu par la résidence d'été de la reine Ranavalona qui ne reste aujourd'hui que de souvenir. Contrairement à la résidence de la reine, la demeure en bois de Jean Laborde se trouve au nord des usines. Elle a fait l'objet d'une reconstruction avec certains de ses matériaux originaux.

Certains de ces oeuvres de Jean Laborde n'ont pas pu résister à tous les évènements et les troublent qui avaient secoué le royaume de Madagascar et qui contraignit l'auteur à l'exil à La Réunion. Les vestiges qui restent visibles actuellement sont le haut-fourneau, le four à cimenter, les ruines des fours à poterie, le four à chaux, l'atelier de fonderie.

Poser une question

Qui êtes-vous ?
Se connecter