Voyage à MadagascarPréparerArt Malgache

Littérature, peinture, musique et danse malgaches

Si on fait les quelques 10.000 km de déplacement, ce n'est certes pas pour satisfaire uniquement sa fringale de rat de bibliothèque, et dans ce domaine, le foisonnement de musiciens et de chanteurs dont le pays est fier peut vous faire entendre un vaste éventail de musique, depuis la musique de chambre de Lulli, jusqu'au rap le plus débridé. Il serait cependant regrettable de ne pas écouter nos artistes de gospel et surtout ceux qui font des interprétations a capella. Ne croyez pas que la musique malgache traditionnelle soit inexistante. Après des années sous le boisseau, elle est en train de renaître, non seulement dans les manifestations folkloriques des couches populaires, mais aussi dans une forme plus sophistiquée due à la recherche des sources et des instruments Austronésiens effectuée par une jeune musicologue.

La littérature malgache

Toutefois, la culture ne se limite pas au langage, et celle de Madagascar n'est pas uniquement orale. L'écrit y tient une place de choix avec des auteurs aussi renommés que Rabearivelo, Rabemananjara, Ramanantoanina ou Georges Andriamanantena, pour n'en citer que quelques-uns parmi les mieux connus du grand public. Il est vrai que l'étude de leurs œuvres passe obligatoirement par une connaissance approfondie de la langue et de ses subtilités car leur langue maternelle transparaît même dans leurs ouvrages en français.

La peinture malgache

L'accès est plus facile lorsqu'il s'agit de peinture où tout le monde reconnaît des formes et des couleurs, même lorsque la toile est plus proche de Miro ou de Matisse que de Vinci ou des Breughel. Les peintres malgaches évoluent en effet presque au même rythme que ceux de l'étranger et ils ne se cantonnent plus à l'art figuratif presque photographique qui leur était habituel, mais se lancent dans une recherche libre d'une expression non asservie par les canons traditionnels.

La jeunesse malgache continue sans aucun doute à se tenir au fait de l'art moderne, comme en témoignent les œuvres picturales actuelles : ainsi, les peintres malgaches qui organisent des expositions périodiques s'orientent-ils non seulement vers le réalisme photographique traditionnel mais aussi vers des recherches sur le cubisme et le pointillisme voire même sur le style de Joan Miró.

La musique malgache

La musique malgache est encore plus dynamique car soumise à une fécondation réciproque avec les musiques du monde grâce aux nouvelles technologies de l'information et de la communication. Les artistes malgaches se vendent bien à l'extérieur et tiennent une bonne place sur les marchés de la musique métisse. En se mettant à produire non seulement des chansons en malgache mais aussi en français ou en anglais, en particulier en rap, ils commencent également à toucher le domaine de la musique orchestrale pure après avoir brillé en jazz et en musiques de danse.

Musique traditionnelle de Madagascar

Ce rapide survol de la culture serait incomplet s'il ne mentionnait pas la musique traditionnelle des chanteurs ambulants appelés "Mpihira gasy". Assez proche de l'opérette occidentale par son mélange d'airs entraînants et de récitatifs, elle attire la masse populaire par ses thèmes moralisateurs et connaît même une sorte de renaissance car on dit que de hauts personnages de l'état l'apprécient particulièrement et lui apportent leur soutien. Cet art très éclectique fait appel à la rhétorique, à la poésie, à la musique et à la danse mais n'hésite pas à moraliser et à insérer des cantiques religieux dans ses compositions.

La danse malgache

Alors que la danse traditionnelle malgache s'apparente à celle de nos cousins de Bali, par les mouvements des épaules et des mains autant que des jambes, de jeunes artistes se sont lancés dans la composition chorégraphique moderne et retiennent l'attention de chorégraphes confirmés d'Europe et d'Amérique.

Le cinéma à Madagascar

Le septième art est probablement celui qui a opéré le démarrage le plus foudroyant, grâce à la prise de vues numérique nettement moins coûteuse à Madagascar que le cinéma argentique. Au Festival de Durban, les films très courts présentés par Madagascar ont fortement impressionné le public, et sur place, diverses compagnies de production se sont déjà lancées dans l'aventure, avec un certain succès s'il faut en croire le public qui se bouscule aux projections. Ce succès est tel que les avertissements contre les œuvres piratées sur DVD ou VCD sont devenus monnaie courante.

L'art du discours à Madagascar

Au retour, les valises risquent d'être alourdies par des ouvrages sur les jeux traditionnels de Madagascar, comme le fanorona ou sur son art oratoire raffiné que des maîtres pratiquent et enseignent en l'enrichissant infatigablement dans les grandes occasions de la vie, naissances, circoncisions, mariages, deuils ou retournements des morts.

Poser une question

Qui êtes-vous ?
Se connecter