Voyage à MadagascarDécouvrirDécouvrir AntananarivoLes douze collines sacrées

Les douze collines sacrées, gardiennes de l’histoire de l’Imerina

Douze palais au prestigieux passé surplombent les 12 collines sacrées de l’Imerina. Si la colline d’Analamanga abrite le plus important palais de la ville – le Rova de Manjakamiadana -, les collines d’Alasora, Ambohidratrimo et Ambohimalaza ne sont pas moins célèbres. Surplombée par le Rova d’Ambohimanga, la colline du même nom est listée au patrimoine mondial depuis 2001.

Plus haut sommet de la Ville des Mille, Analamanga s'élève à plus de 1430 mètres d'altitude. Sur son promontoire a été érigé le Palais de la reine ou Rova de Manjakamiadana. C'est ici que les plus grandes icones de la royauté malgache ont résidé. Les tombes royales qui jalonnent le site abritent leurs dépouilles.

Outre l'imposant bâtiment en pierre visible depuis les faubourgs de la capitale, quatre palais en bois précieux et un temple ont été agencé sur cette colline sacrée. A la différence des autres cités royales de la capitale, Manjakamiadana n'est pas entouré de faussée car son relief naturel est peu favorable à l'invasion d'éventuels ennemis.

Ambohimanga, un lieu chargé d'histoire

Entourée par une forteresse percée par sept portails royaux, le palais d'Ambohimanga est sous la protection de l'UNESCO depuis décembre 2001. Berceau de l'unification du royaume Merina, Ambohimanga a été le lieu où Andrianampoinimerina a régné pendant les premières années de son sacre.

Dans la case royale construite vers 1787, les objets quotidiennement utilisés par Andrianampoinimerina ont été laissés dans leur état et emplacements d'origine. Outre la case royale, le site abrite aussi plusieurs places royales.

Ilafy ou la colline des pintades

A une dizaine de kilomètres au nord de la capitale, la colline d'Ilafy fut un haut lieu historique. Jadis connu sous La dénomination d'Ambohitrakanga – colline des pintades -, cet ancien fief du roi Radama II porte aujourd'hui le nom d'Ilafy. Victime d'un assassinat le 11 mai 1863, ce souverain Merina fut inhumé sur les lieux avant d'être transféré au Palais de la reine à la fin du 19e siècle.

Le musée accessible sur le site révèle un pan du tumultueux passé de la cité royale. Ilafy a en outre abrité la première manufacture malgache : une usine de fabrication de fusils de chasse construite sous l'égide de l'architecte Jean Laborde.

La colline d'Ambohidratrimo

Les vestiges préservés sur le site ont les fondations des anciennes cases royales, les trois tombes royales et la sculpture représentant l'effigie de deux seins. Symbolisant la fécondité féminine, cette stèle fait aujourd'hui l'objet de nombreuses offrandes.

Cette colline desservie par une route goudronnée est accessible depuis la RN4. Au sommet de la colline, les visiteurs profitent d'une vue imprenable sur la plaine du Betsimitatatra et la Ville des Mille.

La colline d'Antahadinta

Dans la partie sud-ouest de la capitale, la colline d'Antahadinta est accessible après 17 kilomètres de route cahoteuse. Aménagée sous le règne d'Andriamangaritra au début du 18e siècle, elle abrite une case royale en madriers et plusieurs tombes royales coiffées d'un « tranomanara ».

Colline sacrée d'Alasora

Haut lieu historique, la colline d'Alasora fut la résidence de la reine Ramanantenasoa. La tombe de cette épouse d'Andrianampoinimerina a été aménagée sur les lieux.

Le tombeau d'Andriamanelo est aussi un des endroits les plus visités de cette ancienne cité royale. Ici, sont réalisés de nombreuses offrandes et sacrifices. Le sacrifice du bœuf est l'un des rituels qui anime les lieux à certaines périodes de l'année.

Colline d'Ambohimalaza

A l'instar d'Alasora, Ambohimalaza est aussi un haut lieu de sacrifice. C'est ici que le premier sacrifice du bœuf a été réalisé. Le premier « tranomanara » ou « tranomasina » - structures en bois coiffant les tombes royales - a été érigé sur les lieux sous les ordres d'Andrianatompokoindrindra, prince d'Ambohimalaza.

C'est aussi à Ambohimalaza que se déroulait chaque année le rituel du « Fandroana » ou baignade des rois.

Colline d'Ampandrana

Dans la partie sud de la capitale, la colline d'Ampandrana abrite les tombes des premiers roi Hova. Difficile à accéder, elle accueille les pèlerinages réalisés par les descendants de ces souverains issus de la caste intermédiaire. A savoir que la caste des Hova ne possédait pas de sang royal. Il s'agissait de la classe sociale comprise entre celle des nobles et celle des esclaves.

Colline sacrée d'Antongona

Sur la route de Tsiroanomandidy, la colline sacrée d'Antongona mérite d'être explorée. Ce lieu historique situé à l'aplomb du plus haut rocher de la région est entouré de fortifications anciennes et d'un profond fossé. La nécropole agencée à flanc de colline abrite les reliques des souverains qui ont gouverné sur le site.

Ambohimanambola ou la colline aux trésors

C'est ici que le roi Andrianampoinimerina avait érigé un site pour abriter son fétiche : le Kelimalaza. Jalousement conservé dans un coffret contenant de l'argent et des bijoux, cet objet sacré en forme de V cousu sur un support en soie rouge fut idolâtré par le roi.

Colline d'Ambohitrabiby

Ambohitrabiby fut la seigneurie du roi Ralambo. Erigée vers 1600, cette cité royale fut le berceau du « fandroana » ou bain royal.

La colline de Kaloy

La colline de Kaloy doit sa notoriété à un évènement singulier. C'est ici que le roi Andrianampoinimerina est né. Il s'agit de la colline la plus éloignée de la capitale.

Poser une question

Qui êtes-vous ?
Se connecter